Vous reprendrez bien un peu d’Histoire ?

Janvier : dinde et bûche à peine englouties, nos estomacs gonflent, embourbés de frangipane. Lourds de ce gavage digne de celui infligé aux oies à peine ingurgitées, on nous assène de « bonnes résolutions », antinomiques par rapport au marathon de la nourriture dont nous venons de franchir difficilement la ligne: « mangeons mieux, moins gras, moins salé, moins sucré » ! J’ai plutôt envie de vous dire, “mangeons BD”.

Ca tombe bien, en janvier, on débute le #bdécouvertechallenge. Au menu de ce mois de janvier, la BD historique.

Passionnée par les détails inconnus de la seconde guerre mondiale, mon choix s’est porté vers la période 1939-1945 : 

— Entrée —

“Le photographe de Mauthausen”

— Plat —

“The regiment – l’histoire vraie du SAS / livre 1”

En clin d’œil à nos chères dindes, je n’ai pas résisté à l’envie de vous faire découvrir

— Dessert —

“Dans les Cuisines de l’Histoire – A la table des Lumières”

afin de pleinement satisfaire votre appétit BDésque !

––– Le témoignage photo de Mauthausen, l’hommage à un héros inconnu––––

Copyright Rubio / Colombo / Landa / éditions du Lombard (Dargaud – Lombard S.A.) 2017

Francisco Boix, républicain espagnol, est déporté au camp de concentration de Mauthausen. Il y découvre avec effroi la passion morbide du commandant Ricken, dignitaire nazi, pour la photographie de l’horreur du camp, que Francesco doit aider à mettre en scène.

Conscient de la valeur historique que représenterait après la guerre les clichés qu’on lui demande de développer, Francesco décide, avec l’aide de ses camarades, de faire sortir ces derniers de l’enceinte du camp, au péril de leur vie.

Un témoin au procès de Nuremberg avait utilisé ses propres clichés pris au camp de Mauthausen qu’il était parvenu à faire sortir pendant sa déportation.

Rubio, le scénariste, rend hommage à ce héros presqu’inconnu de la seconde guerre mondiale, ainsi qu’aux milliers de personnes qui ont perdu la vie dans le camp de Mauthausen, notamment par le parcours de « l’escalier de la mort » le long de la carrière de granit jouxtant ce dernier.

Vous l’avez compris, le scénario est bien basé sur des faits réels, sur lesquels vous pouvez d’ailleurs vous documenter grâce au dossier historique inclus.

Vous ne sortirez pas indemne de cette lecture. Le scénario vous saisit, il vous glace, vous ressentez l’horreur, et pourtant vous admirez avec délectation les dessins de Colombo qui transmettent à la perfection l’ambiance du camp, sans jamais verser dans la violence.

Un énorme coup de cœur pour cette bande dessinée que j’ai déjà relu deux fois, et que je reprends régulièrement en main pour me laisser emporter par ses dessins.

Copyright Rubio / Colombo / Landa / éditions du Lombard (Dargaud – Lombard S.A.) 2017

Le plus : Le dossier historique inclus, qui reprend des copies des photos originales, qu’il compare avec les dessins de Colombo.

(5 / 5) Salva Rubio, Pedro Colombo, Aintzane Landa, Le photographe de Mauthausen, Le Lombard, 2017, 168 p., 19,99 EUR

––– Le Special Air Services (SAS) de Stirling, des “barjos” de la guerre ––––

Copyright Legrain / Brugeas / éditions Le Lombard (Dargaud / Lombard S.A.) 2017

 

Egypte, juin 1941. Après un accident de parachute, le Commandant David Stirling, aidé de Jock Lewes et Paddy Mayne, crée des unités aéroportées des services spéciaux. Regroupant des bagarreurs indisciplinés éprouvant des difficultés à obtempérer face aux hiérarchies militaires traditionnelles, le S.A.S., têtes brûlées, effectuent des raids périlleux, parfois suicidaires, afin de déstabiliser l’ennemi en Afrique du Nord et d’empêcher que le “Renard du désert” ne progresse. Sans le savoir, ces trois amis vont faire entrer les S.A.S. dans l’histoire.

 

“The regiment, l’histoire vraie du SAS, livre 1” est le premier tome de la série, qui débute en juin 1941 avec la création du S.A.S. Ne voyez pas cette BD comme une simple narration historique. Loin de là, The Regiment – L’histoire vraie du SAS est plus une histoire de potes aux têtes brûlées qui essayent un peu tout et n’importe quoi au nom de la justice et de la liberté. La narration apporte de la vivacité au scénario grâce à l’utilisation du “je” par Jock Lewes, qui ne manque pas de nous faire sourire lorsqu’il raconte les prouesses de ses compères. Les dessins apportent du réalisme et n’ont pas manqué de me faire craquer pour Jock Lewes, décrit comme “beau gosse, sourire éclatant” dans le dossier historique (ce n’est donc pas moi qui le dis!). J’attends la suite avec impatience!

Copyright Legrain / Brugeas / éditions Le Lombard (Dargaud / Lombard S.A.) 2017

☞ Le plus : Recommandé par Guerres et Histoire

(3,5 / 5) Legrain et Brugeas, The Regiment, l’histoire vraie du SAS / livre 1, Le Lombard, 2017, 64 p. , 14,45 EUR

––– De la gourmandise historique pour le dessert ––––

Copyright Begon / Rutile / éditions du Lombard (Dargaud – Lombard S.A.) 2017

☞ Madame de Pompadour n’apprécie pas que l’on dise que les coupes de champagne ont été moulées sur ses seins. D’ailleurs, “ce sont les Anglais qui en ont inventé la forme”.

Parmentier tente difficilement de faire apprécier la pomme de terre aux Français.

Rousseau et Diderot goûteront au charme des premiers restaurants parisiens, tandis que les plus pauvres se contenteront de très peu. Car oui, la différence sociale se marque aussi avec ce que l’on mange qui hume la lutte des classes

 

De courts récits nous plongent dans la cuisine du XVIIIème siècle, grâce à de truculents personnages non dénués d’humour, illustres ou inconnus ! Le dessin et les couleurs sont empreints de délicatesse et d’élégance ne manquent pas de nous lécher les babines à plusieurs reprises (je plaide coupable, j’ai pris une tablette de chocolat à côté de moi au milieu de la lecture!). Si vous aimez l’histoire et la cuisine, n’hésitez plus, vous en apprendre beaucoup et pourrez ensuite briller en société… autour d’un bon repas!

Copyright Begon / Rutile / éditions du Lombard (Dargaud – Lombard S.A.) 2017

☞ Le plus : les recettes! Crème de céleri, pommes de terre à la maître d’hôtel, soupe de ris ou encore brioche, puisqu’on a faim à la lecture, autant cuisiner dans la foulée!

(3,5 / 5) Begon,  Rutile, Dans les cuisines de l’Histoire, tome 3 A la table des lumières, Le Lombard, 2017, 120 p., 17,95 EUR

Et bon appétit bien sûr!

Aurore

Suivre:
Partager:

3 Commentaires

  1. 17 janvier 2018 / 10 h 27 min

    je n’en connais aucune, un bon concept!

  2. 22 janvier 2018 / 19 h 17 min

    Le Photographe de Mauthausen est vraiment un très bel album et même un essentiel au vu de son sujet.
    Il m’a beaucoup marqué !

    J’aime bien le dernier que tu présentes 🙂

    • Aurore
      22 janvier 2018 / 19 h 42 min

      Je te le recommande, mais uniquement le ventre plein, au risque de manger les pages ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!