Les reflets changeants des sentiments humains

Les reflets changeants des sentiments humains

Aude Mermilliod, vous la rencontrez, vous avez l’impression que c’est votre pote, et que vous pouvez parler avec elle comme si vous la connaissiez depuis toujours. Une belle personne, sensible, joyeuse, à la recherche du bonheur. Toutes ces petites choses qui font que sa bande dessinée « Les reflets changeants » a obtenu un accueil plus que chaleureux depuis sa sortie, amplement mérité. Entretien

Le bonheur comme cap

La mer a des reflets changeants, chantait Trénet. Cette mer du Sud qui sent bon le sable qui gomme nos pieds et le sel qui gratte notre peau.

Cette mer aux reflets changeants qui va accueillir l’histoire chorale de trois protagonistes liés par un évènement central : un accident de train. Un passager, un conducteur, une victime. Un point central duquel rayonne leurs vies un peu cabossées, qui ont toutes le même désir : trouver le bonheur. Chacun a sa manière, avec ses faiblesses, son passé, mais le plus possible avec joie.

Elsa a 22 ans, elle ne sait pas trop où elle est dans sa vie amoureuse. Son mec n’est pas vraiment présent, pas vraiment sympa, mais elle s’accroche à chaque parole un tant soit peu gentille qu’il lui adresse. Elle se sent attirée par Idir, un jeune de banlieue avec lequel elle traîne un peu, mais elle ne sait pas trop. Elle souhaite des amours simples.

Jean a 53 ans. Il est conducteur de train, ex-marin cloué au sol par l’arrivée soudaine d’un enfant dans sa vie, dont il s’occupe la moitié du temps lorsqu’elle n’est pas chez sa maman. Il souhaite reprendre le large.

Emile a 79 ans. Il a vécu la guerre d’Algérie et vit depuis lors avec un aspirateur dans les oreilles. Il souhaite que le bruit cesse, simplement que le bruit cesse.

Les zones floues de la complexité des relations humaines 

Avec Les reflets changeants, Aude Mermilliod signe son premier roman graphique. Avant cela, elle tenait un blog de voyage dont elle illustrait de ses dessins les photos.

Un jour, le moment venu, elle a décidé de s’inspirer de la vie de son grand-père afin de raconter une histoire : « Auparavant, je ne me sentais peut-être pas légitime de le faire. Puis, l’âge aidant, je me suis inspirée de mon grand-père qui a fait la guerre d’Algérie pour raconter un récit que je voulais inter-générationnel. J’ai envoyé quelques planches à l’association Raymond Leblanc, et j’ai obtenu le prix. » 

 « Je n’ai pas de diplôme, je n’ai pas lu ce qu’il faut avoir lu, je serais par exemple incapable de parler de politique, je n’y connais rien, mais je voulais raconter une histoire, avec des gens, avec ma sensibilité. Montrer ce que j’aime chez les gens, aller dans les zones floues de la complexité des sentiments humains. Je ne voulais pas qu’il ait de gentil absolu ni que ce soit binaire. Le personnage d’Emile par exemple, il est attachant mais il est raciste. On en ressent une sorte de malaise. »

«Je voulais aussi que mes personnages tendent vers le bonheur. Que ce soit joyeux comme BD. Par exemple, la couverture n’est pas réelle mais elle est joyeuse, les couleurs sont très vives. Je fais tout à la tablette graphique».

Copyright Aude Mermillod Le lombard – 2017

Un peu d’Aude

On ressent la vertu autobiographique du premier récit avec Les reflets changeants, Aude s’inspirant des carnets de son grand-père pour inventer le personnage d’Emile.

« Il y a aussi des traits autobiographiques dans le caractère d’Elsa par exemple. Même si Elsa n’est pas moi, elle fréquente par exemple Iddir qui est un jeune de cité. Moi, j’étais comme cela étant jeune, je venais d’un milieu bourgeois, et je traversais toute la ville pour fréquenter les jeunes de quartier, c’est ma jeunesse ça ».

« Le Sud aussi. Je connais très bien Nice. Et même si j’ai vécu 5 ans à Bruxelles, je n’aurais pas pu se faire dérouler l’histoire ailleurs que dans le Sud. En plus, c’est une histoire joyeuse, dont très colorée, et Bruxelles, avec son ciel gris…. Le Sud, c’est mon enfance ».

Le choix vers le bonheur

Mais d’autobiographie, il sera aussi question dans la prochaine BD d’Aude, qui traitera de l’IVG.

« Là aussi, comme dans Les reflets changeants, ce sera un choix vers le bonheur. Et ce bonheur peut être celui de ne pas être maman à ce moment-là, ou pas comme cela, ou même de ne pas être maman du tout. Mais c’est un choix de maman qui est posé ».

Nous, Aude, on fait le choix de te lire, un choix indéniable vers le bonheur.

(4 / 5) Aude Mermillod, Les reflets changeants, Le Lombard, 2017, 200 p., 22,5 EUR

 

Suivre:
Partager:

19 Commentaires

  1. 14 mars 2018 / 6 h 14 min

    Il m’avait émue ce grand-père !
    Et puis le fait qu’on navigue comme ça entre trois narrateurs est original. Des vies qui se croisent, qui se percutent. Des passages qui font mouche. J’en garde un bon souvenir

    • Aurore
      14 mars 2018 / 19 h 01 min

      Et moi donc Mo! Quand j’ai compris les vrombissements dans sa tête, j’ai vraiment été très émue

  2. 14 mars 2018 / 7 h 07 min

    Il ne fait nul doute que je lirai cette BD. Bon mercredi 😉

    • Aurore
      14 mars 2018 / 19 h 01 min

      Super! Bon mercredi Stéphie 🙂

  3. 14 mars 2018 / 8 h 10 min

    On a envie de plonger avec eux !

  4. 14 mars 2018 / 10 h 27 min

    j’avais déjà noté ce titre, je suis curieuse !

  5. 14 mars 2018 / 13 h 40 min

    Cet album m’a vraiment prise par surprise… J’ai beaucoup aimé !

  6. 14 mars 2018 / 14 h 07 min

    Je n’ai pas encore mis le nez dedans mais il m’attend ce bel album. Et la couverture et une magnifique invitation à sortir de cet hiver sans fin !

    • Aurore
      14 mars 2018 / 19 h 00 min

      Totalement d’accord avec toi, une vraie invitation au soleil!

  7. 14 mars 2018 / 18 h 54 min

    Très envie de la lire! Je ne connaissais pas, merci pour la découverte.

    • Aurore
      14 mars 2018 / 18 h 59 min

      Je t’en prie “Madame”, avec plaisir 🙂

  8. 14 mars 2018 / 19 h 15 min

    Album repéré lors d’un de nos rdv et ton article ne fait que renforcer mon envie de le lire!
    C’est vraiment sympa et intéressant de lire ces interview, merci beaucoup !

  9. 15 mars 2018 / 10 h 15 min

    Beaucoup aimé et merci de m’avoir fait cheminer jusqu’à l’auteur. J’aime beaucoup de site et ce qu’elle nous donne.

  10. 16 mars 2018 / 21 h 34 min

    Merci Aurore.
    Un album apprécié sur UnAmourdeBD et chroniqué en son temps par Nathalie.

  11. 17 mars 2018 / 19 h 53 min

    Celui-là, il me tente terriblement! Merci pour la piqûre de rappel!

  12. 18 mars 2018 / 21 h 59 min

    Je sais que je le lirai, celui-là ! (Et sa couv’ pleine de soleil donne furieusement envie ! 🙂 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *