L’idéal confronté à un monde déstructuré

L’idéal confronté à un monde déstructuré

Une île au sein d’un archipel, celui du Chien, qui doit son nom à sa forme. A y regarder de près , l’on distingue en effet aisément sa gueule béante et ses dents acérées. Trois corps y échouent un jour sans que la cause en soit déterminée. Qu’en faire ? Les figures archétypales que constituent pour ne citer qu’eux le Docteur ou le Maire décident après concertation de les cacher dans le volcan, le Brau. L’Instituteur, qui n’est d’ailleurs pas originaire de l’île, fait valoir son point de vue divergeant. Le Brau vrombit. Arrive le Commissaire. Le Brau vrombit encore. Un vent d’inquiétude et de justice populaire souffle sur cette île aux apparences pourtant si tranquilles.

La structure narrative du thriller

Philippe Claudel nous livre avec L’Archipel du Chien une machine romanesque d’une structure narrative inspirée de celle du thriller. Le suspense se fait en effet très présent au sein de cette vie insulaire dont le lecteur ne sait ni qui est bon, ni qui est mauvais, et souhaite en apprendre davantage de l’intrigue.

L’idéal confronté à un monde déstructuré

Cette île recluse au sein de l’archipel du chien pourrait être vue comme un idéal confronté à un monde déstructuré, reflétant nécessairement les questions migratoires actuelles. Les personnages, des archétypes, tels que le Curé, le Maire, L’instituteur, le Docteur ou le Commissaire, possèdent chacun des systèmes de valeurs différents, et qui, parce que chacune de leurs logiques ne leur donnent ni tout à fait raison ni tout à fait tort, nous font nous interroger sur les nôtres. Qu’aurais-je fait à leur place ? Aurais-je été plus Instituteur, Docteur, ou Maire ? Le roman comprend en ce sens une dimension universaliste de mon point de vue : il nous fait résonner les questionnements des personnages qui nous mettent face à nos responsabilités. Qu’aurais-je fait à leur place ?

Une plongée au coeur des contes et des mythes

L’Archipel du Chien nous plonge à bien des égards dans les contes et mythes. D’abord, par cette île au nom énigmatique, que nous ne parvenons pas à situer. Elle est ici, mais aurait pu être ailleurs. L’importance géographique se situe au niveau de l’intrigue qui a lieu sur un monticule de terre entouré d’eau, un lieu reculé du continent, d’où ses habitants viennent tous, et où l’étranger est perçu comme une chose étrange indigne de confiance. Le Chien ensuite. Cette topographie canine à la gueule béante et aux dents acérées. Nous comprenons que ce chien n’attend que sa proie. Mais quelle sera-t-elle ? Quand mordra-t-il ? De quelle manière ? Encore, Philippe Claudel utilise le chœur antique, cette voix qui nous raconte une histoire, lors de l’incipit et de l’excipit. La voix de la morale, de la cité, que l’on écoute.

La richesse rappelée de l’auteur

Vous l’aurez compris, le dernier roman de Philippe Claudel est d’une richesse absolue. L’on retrouve des inspirations en filigranes de la fin de Candide et de la cultivation du jardin, du Révizor avec le personnage du Commissaire comparable à celui de l’inspecteur, ou encore d’Antigone avec le personnage du Maire comparable à celui de Créon.

Richesse également dans la manière d’aborder les thèmes, universaliste et mythologique, avec le regard observateur presqu’étranger du chœur antique, mais également actuelle, avec les failles du système judiciaire dans des affaires comme celle tristement célèbre d’Outreau, ou encore la gestion de la crise migratoire par les Etats européens.

Celui que l’on connaît pour les Ames grises, le Rapport de Brodeck ou la Petite fille de Monsieur Linh, nous rappelle une fois de plus son sens aiguisé de l’observation et de la narration subséquente ainsi que son immense talent.

(4 / 5)Philippe Claudel, l’Archipel du Chien, éd. Stock, 2018, 19,50 EUR, 288 p.

Suivre:
Partager:

2 Commentaires

  1. 27 mars 2018 / 21 h 46 min

    Superbe article, j’ai vraiment envie de lire ce livre!
    Mais où donc trouves-tu ces images? Les photographies-tu toi même?

    • Aurore
      27 mars 2018 / 21 h 55 min

      Je te conseille vraiment Thibault !
      Oui, toutes les photos sont de moi 🙂 ( tu devrais aller voir mon Instagram, il y en a beaucoup plus que sur m’en blog 🙂 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *