Etre amoureux, aussi pour les vieux?

Etre amoureux, aussi pour les vieux?

L’obsolescence programmée. La péremption inévitable. Cette date de péremption bien connue des grandes entreprises actives dans le secteur de l’informatique est-elle également applicable à nos sentiments ? L’amour peut-il revenir, comme le chante Alain Souchon ? Pour Zidrou, l’infatigable scénariste ayant fait de l’optimisme une marque de fabrique, la réponse à cette question ne peut être qu’un grand « oui », absolu.

 

L’augmentation du rythme cardiaque au-delà de 60 ans

Ulysse a 59 ans. Ce veuf qui vient de perdre son travail de déménageur, vit difficilement sa retraite à l’anticipation imposée.  Méditerranée a quelques années de plus qu’Ulysse. Cette ancien mannequin ayant autrefois fait la couverture du célèbre “LUI” a récemment repris la fromagerie de sa mère, suite au décès de cette dernière.

Chacun vit paisiblement, même si l’électrocardiogramme semble désespérément plat. Biiiiiiip. Biiiip. Jusqu’à cette rencontre dans la salle d’attente du médecin, le fils d’Ulysse. Bip bip bip bip. Ulysse et Méditérannée ont à nouveau 15 ans. La machine à sentiments fonctionne à plein régime. Ces deux-là s’aiment, malgré leur âge, malgré leur corps vieillissant.

Copyright Dargaud 2018

Copyright Dargaud 2018

Un questionnement à portée universelle, porté par une dessinatrice de talent

Ce roman graphique a été pour moi la révélation du talent d’Aimée de Jongh, que j’ai eu la chance de rencontrer. Cette jeune trentenaire hollandaise a un trait fin, émouvant, qui correspond parfaitement au scénario. La pudeur qui s’en dégage, dans une gamme chromatique empreintes de douceur, évolue au fil des pages, avec un crescendo lors de la scène d’amour d’Ulysse et de Méditerranée. Les corps de sexagénaires, peu représentés au cinéma, en photographie ou en BD, apparaissent tels qu’on se les imagine. Aimée m’explique : « j’ai mis du temps à trouver la manière de faire transparaître l’âge exact des personnages. Au début, Zidrou m’a dit que mes personnages avaient 70, voire 80 ans. J’ai donc retravaillé, analysé des photographies. Un trait, une ride, peut changer l’âge de 10 ans. »

Quant au scénario, on aime la portée universelle du questionnement. Sa fin peut en déstabiliser plus d’un : un deus ex machina qui sublime l’amour de ces deux êtres. De mon point de vue, elle ne constitue rien d’autre qu’une fin Zidrouesque, optimiste et familiale, aboutissement des sentiments retrouvés, peu importe l’âge des amants.

Si vous aimez Zidrou, ne passez pas à coté de son scénario parfait grâce au trait plus que prometteur d’Aimée !

(3,5 / 5)  Zidrou, Aimée de Jongh, L’obsolescence programmée de nos sentiments, Dargaud, 2018, 144 p., 19,99 EUR

Cette semaine, retrouvez les amoureux des bulles chez Stéphanie

 

 

Suivre:
Partager:

21 Commentaires

  1. 20 juin 2018 / 7 h 31 min

    Envie, mais tellement envie de la lire !!!

    • Aurore
      20 juin 2018 / 8 h 39 min

      Je serais vraiment étonnée qu’il ne te plaise pas

  2. 20 juin 2018 / 8 h 14 min

    Ralala, il me tente de plus en plus !

    • Aurore
      20 juin 2018 / 8 h 38 min

      Ne passe pas à côté !

  3. 20 juin 2018 / 8 h 19 min

    Merci Aurore. Comme tu le sais peut-être, c’est un coup de coeur pour moi aussi (exception faite de la fin, que je trouve excessive).
    j’avais interviewé Aimé de Jongh pour son album précédent chez Dargaud. En effet, c’est une personnalité touchante.

    • Aurore
      20 juin 2018 / 8 h 38 min

      C’est peu dire que la fin divise! Mais je pense en effet qu’il s’agit d’un coup de cœur pour bon nombre d’entre nous ( les bulleurs de la semaine semblent unanimes!). Une personnalité et un trait touchants pour Aimée, oui!

  4. 20 juin 2018 / 9 h 40 min

    Je ne peux passer passer à côté d’un Zidrou…! <3

    • Aurore
      2 juillet 2018 / 19 h 55 min

      Tu dois être servie en ce moment alors 🙂

  5. 20 juin 2018 / 9 h 46 min

    Décidément, aujourd’hui vous êtes deux à me tenter avec cet album!

  6. 20 juin 2018 / 15 h 30 min

    Un très bel album, tant dans le trait que dans le scénario, même si, comme Jacques, je trouve la fin too much et pas spécialement nécessaire pour en faire un très beau livre.

    • Aurore
      2 juillet 2018 / 19 h 54 min

      Je comprends votre point de vue à tous les deux, et vous le partagez d’ailleurs avec vous (aaahhh qu’est-ce qu’elle fait parler d’elle cette fin!)

  7. 20 juin 2018 / 16 h 07 min

    un immense coup de cœur pour moi même si la fin peut diviser (et pourtant cela peut aussi être vraie). Une histoire touchante et une vraie illustratrice de talent !

    • Aurore
      2 juillet 2018 / 19 h 54 min

      Aimée de Jongh, on va en entendre parler encore beaucoup!

  8. 20 juin 2018 / 17 h 08 min

    Une très belle lecture, une bouffée d’air frais comme Zidrou sait si bien nous en offrir. Malgré tout, je reste dubitative quant à la fin, j’aurais encore plus apprécié l’album sans le dernier retournement !

    • Aurore
      2 juillet 2018 / 19 h 53 min

      Cette fin divise vraiment!

  9. 21 juin 2018 / 10 h 16 min

    J’ai lu plusieurs fois que cette fin était assez particulière, du coup je suis tentée 🙂

    • Aurore
      2 juillet 2018 / 19 h 53 min

      Je ne peux pas t’en dire plus : lis-la et on en reparle vite

    • Aurore
      2 juillet 2018 / 19 h 52 min

      Recommandé par beaucoup de bailleurs de la semaine 😉

  10. 22 juin 2018 / 22 h 56 min

    Très tentée par cette lecture, achetée lors d’un passage en librairie il y a peu… J’ai découvert le trait d’Aimé de Jongh récemment, et je me suis laissée tenter…

    • Aurore
      2 juillet 2018 / 19 h 52 min

      Alors Caro, qu’en as-tu pensé? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!