1 + 1 ne font pas 3

“Vous avez des ovaires polykystiques”

Elle, c’est Elena. Lui, c’est Gus. Ils s’aiment d’amour. Tellement qu’ils voudraient bien un petit bébé pour parfaire le tableau déjà idyllique, scellant leur union par le fruit de leurs entrailles (bon, ok, Elena met plutôt la puce à l’oreille de Gus relativement à l’idée du petit bébé tout mignon, mais ne chipotons pas sur les détails et reprenons). Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Jusqu’à cette phrase : “Vous avez des ovaires polykystiques”. “Ah, tout s’explique hein. Ca veut dire quoi ovaires polis six tic?”.

Copyright Dargaud 2018

Elena et Gus vont l’apprendre à leurs dépens. Entre les rendez-vous chez le gynécologue rythmés comme du papier à musique, les piqûres à heure fixe, la PMA, et les “Vous ne voulez pas d’enfants parce que vous n’en voulez pas c’est ça?“, nos tourtereaux vont voir déferler la vague d’un tsunami émotionnel sur leur histoire.

Copyright Dargaud 2018

Copyright Dargaud 2018

“Et vous, c’est pour quand?”

Nous sommes entre nous, on peut donc se le dire : oui, nous l’avons tous déjà posée cette question. Pas en voulant mal faire, non, par sympathie et gentillesse même. A Elena, ou à Gus (même si je pense sincèrement que l’on pose beaucoup plus souvent la question à Elena, mais là n’est pas le sujet aujourd’hui), nous avons livré le sempiternel “Et vous, c’est pour quand?”. Evidemment, elle ne s’appelait pas forcément Elena, ou lui ne s’appelait pas forcément Gus. Non, il s’agissait de notre collègue un peu plus jeune qu’on aime charrier  à la cantine en mangeant notre sandwich thon-mayo, ou votre nièce en couple depuis cinq ans qui vient d’adopter un chat, ou encore votre pote heureux en couple qui adore les bébés mais dont le ventre de la compagne ne s’arrondit pas.

Après la lecture de “Rien ne se passe jamais comme prévu”, cette phrase, ou l’une de ses innombrables variantes telles que “Alors, vous êtes les prochains?” ou “Quand est-ce que je deviens mamy?” (elle aussi déclinable avec “papy, arrière grand-papy, arrière grande-mamy, tata, marraine, etc”), ne sortiront plus de notre bouche de la même manière. Voire même ne sortiront plus du tout.

Copyright Dargaud 2018

 

Car derrière ces tous petits mots “Et vous, c’est pour quand?” se cachent non seulement de l’intime, mais parfois de l’intime empreint de souffrance, de solitude à deux-qui-ne-devient-pas-trois.

Le tsunami émotionnel que vivent nos protagonistes est représenté au fil du récit par des couleurs habillant ces derniers, choisies grâce à une roue des émotions, théorisée par Robert Plutchik, un professeur et psychologue américain. Une véritable prouesse graphique puisqu’on a l’impression qu’Elena et Gus flottent sur leurs émotions colorées, qui, bien qu’elles ne soient pas exprimées explicitement dans la narration, le sont inconsciemment dans les couleurs utilisées.

Un dessin fluide, une conception originale, un scénario fort, “Rien ne se passe jamais comme prévu” est un coup de coeur que je recommande à tous. Et vous, c’est pour quand sa lecture ?

(4 / 5)Lucile Gorce, Emma Tissier, Rien ne se passe jamais comme prévu, Dargaud, 2018, 136 p., 18 EUR

Noukette nous accueille pour la dernière BD de la semaine avant la trêve estivale. N’hésitez pas à faire un tour chez elle pour glaner d’autres idées de lectures

 

Copyright Dargaud 2018

Suivre:
Partager:

13 Commentaires

  1. 4 juillet 2018 / 8 h 30 min

    Voilà un sujet très intéressant !

  2. 4 juillet 2018 / 8 h 36 min

    J’ai vécu la même galère avant d’avoir mon premier, fichu syndrome… Intéressée par cette BD du coup !

  3. 4 juillet 2018 / 9 h 09 min

    Je ne pose jamais la question car je hais cette question 🙂 C’est hyper intime et je ne trouve pas que c’est par gentillesse.
    Même si le sujet ne me touche pas personnellement (et sûrement jamais) j’aimerais beaucoup la lire.

  4. 4 juillet 2018 / 9 h 48 min

    Je veux cette BD, j’ai été concernée par le sujet et avoir des enfants a été le parcours du combattant. Merci pour la découverte.

  5. 4 juillet 2018 / 9 h 59 min

    J’ai repéré cet album et ton article me conforte dans mon envie de le lire.

  6. 4 juillet 2018 / 10 h 09 min

    J’adore le tracé d’Emma Tissier ! Je note !

  7. 4 juillet 2018 / 12 h 59 min

    Et bien je pense que c’est pour très bientôt !

  8. 4 juillet 2018 / 21 h 37 min

    Une BD que je n’ai pas encore eu le temps de découvrir mais ça ne saurait tarder !

  9. 5 juillet 2018 / 7 h 42 min

    Un thème qui devrait me parler même si je n’ai pas connu la PMA, mais la petite question indiscrète même si elle est posée avec gentillesse, oui! Le dessin a l’air sympa aussi.

  10. 9 juillet 2018 / 13 h 07 min

    Super billet ! Tu as donnes vraiment envie de répondre à ta dernière question par “le plus vite possible !” 😉

    • Aurore
      18 septembre 2018 / 15 h 21 min

      Merci Jérôme!

  11. 9 juillet 2018 / 13 h 35 min

    Je dois dire que c’est certainement une question que j’ai déjà posé… Pas par méchanceté, plutôt par bêtise, parce que je n’avais pas réfléchi aux différents problèmes que peuvent rencontrer les gens. Et une fois, une ancienne collègue m’a surprise par sa réponse : elle n’avait pas d’enfants parce qu’elle n’en voulait pas, point. On a eu ce jour là une discussion très intéressante !! Depuis, je ne pose plus la question ! 😉

    • Aurore
      18 septembre 2018 / 15 h 21 min

      Je pense que cette question part le plus souvent d’une intention bienveillante. Tant mieux pour la discussion 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *