Résilience et mind mapping

Résilience et mind mapping

Et si on parlait cerveau?

Oui, je m’en doute, vous allez vous dire « Pardon ? Aurore, de quoi tu nous parles ? ». Ce n’est un secret pour personne que je lis sur des sujets divers et variés, et pas uniquement des romans et BDs, même s’il s’agit de ceux que je chronique. Aujourd’hui, exception donc : j’avais envie de vous faire découvrir des « lectures-plaisir » pour moi, qui j’espère vous seront utiles, et qui ont un lien : le cerveau !

Depuis toute petite, je me suis en effet intéressée au fonctionnement de notre cerveau (tant neurologique que psychologique, voire psychiatrique – j’ai d’ailleurs voulu être psychiatre mais mes parents ont refusé mon changement d’orientation alors que j’étais presque en fin de master en droit, malgré l’appui notamment de mon médecin de famille. S’il y a des psys ou des neurologues dans la salle, cœur sur votre profession! -)

Je vous passe les détails mais je voulais vous parler aujourd’hui entre autres de deux notions que je pratique au quotidien : la résilience et le mind mapping

(3,5 / 5) L’élan de la résilience

La résilience : qu’est-ce que c’est ? Ca sert à quoi ? On en fait comment ? Pour répondre à toutes ces questions, je vous invite à lire « l’élan de la résilience » d’Alexia Michiels.

En psychologie, la résilience est traditionnellement définie la capacité de chaque individu à résister ou à se reconstruire après une situation d’échec ou un traumatisme. Le concept a évolué et « englobe aujourd’hui un ensemble de compétences qui permettent non seulement de rebondir face à l’adversité mais aussi de mener une vie personnelle et professionnelle performante et épanouissante ».

Très bien, me dire-vous. Mais comment peut-on faire pour que la prise de conscience se traduise par un changement de comportement ? Eh bien, on commence par se prendre en charge au quotidien, la bonne nouvelle étant que la résilience peut se développer à l’aide d’exercices pratiques très simples, développés dans le livre.

L’auteure, une Belge, qui a créé le Resilience Institute Europe, nous en livre 100, que j’ai testées. L’approche pratique nous promet d’apporter des pistes de réponses aux questions suivantes : « Comment allez-vous honorer vos responsabilités sans vous épuiser ? Comment atteindre des objectifs élevés tout en rayonnant ? Comment vivre de façon cohérente par rapport aux valeurs qui nous sont chères ? ».

Les pratiques sont divisées en sections : rester calme et se régénérer, stimuler votre vitalité, engager les émotions, entraîner son mental, et mettre son esprit en mouvement.

Mon point de vue sur ces pratiques ? Rien de révolutionnaire mais de l’efficace : je suis certaine que, comme moi, vous pratiquerez déjà beaucoup de ces pratiques au quotidien, mais que vous en découvrirez d’autres. Néanmoins, pour celles qui font déjà partie de votre routine, effectuer une action avec une intention (comme au yoga pour ceux qui le pratiquent) a plus de sens que de la réaliser en mode robot automatique. Bon point donc.

L’approche pratique a surtout ceci de plaisant qu’on ne se sent obligés de rien. Parmi les 100 pratiques, on peut aisément faire du cherry picking de celles qui nous semblent le plus en cohérence avec nous-mêmes à un moment donné. Et cette approche a évidemment également le grand bénéfice de rejaillir sur l’ensemble des domaines de la vie, dont la vie professionnelle. Rien d’étonnant à ce que le Resilience Institute forme des managers de grands groupes internationaux depuis plus de 20 ans.

Une bonne approche de la résilience, pratique, néanmoins à approfondir pourquoi pas via des formations pour ne pas rester sur sa faim !

A noter que les droits d’auteur sont reversés à l’association Jan & Oscar ayant pour but d’encourager la scolarité d’enfants défavorisés en Thaïlande.

 

Alexia Michiels, L’élan de la résilience, éd. Favre, 2017, 200 p., 22 EUR

(3,5 / 5) Le mind mapping

Organiser mon temps avec le mind quoi ? Le mind mapping tiens ! Comme son nom l’indique, il s’agit de cartographier ses pensées afin de mieux les organiser.

Il s’agit là d’une pratique que j’exerçais depuis des années sans même savoir qu’elle avait un nom (et des adeptes !).

Je m’explique : étudiante, afin d’ingurgiter les centaines, voire milliers (coucou contentieux administratif) de pages de mes cours, j’ai bien dû m’organiser afin que mon cerveau enregistre les informations. Dès ma première année, j’ai donc dessiné l’ensemble de mes résumés de cours. Autant vous dire qu’il était impossible pour mes copines de leur prêter ces résumés qui étaient très personnalisés avec leurs flèches, liens, mots-clés (jamais de phrases), et couleurs en tous sens.

Sans le savoir donc, j’organisais les idées sous forme de mind mapping, ce qui m’aidait à les agencer et donc à les retenir.

Dans Organisez votre temps avec le mind mapping, l’auteur vous propose des outils afin de concrétiser en dessins votre pensée afin de mieux organiser votre temps. Il propose de parvenir à réussir à tenir les objectifs fixés, à planifier ses activités, et à piloter son quotidien. Rien que cela oui !

Mon point de vue : j’ai trouvé le livre très intéressant et j’ai adoré les conseils proposés afin d’affiner le sens des cartes. Cependant, comme je le disais, j’utilise depuis déjà très longtemps ces cartes et de manière innée, je serais donc incapable de vous dire si ces dernières peuvent vous être utiles si vous n’êtes pas du tout visuel ou insensible à l’usage des couleurs dans votre organisation.

De mon côté, je suis convaincue et ai maintenant envie de lire ces deux ouvrages-ci : L’Art du management visuel et Organisez vos notes avec le Mind Mapping.

 

Xavier DelengaigneLuis Garcia, Organisez votre temps avec le Mind Mapping, éd. Dunod, 2018, 200 p., 19,50 EUR

Suivre:
Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!