Sommes-nous les héritiers de l’histoire de nos ancêtres?

Sommes-nous les héritiers de l’histoire de nos ancêtres?

Au-delà du patronyme, nos aïeux nous lèguent-ils également leurs souffrances ? Ces questions, vous vous les poserez forcément à la lecture du premier roman de Caroline Caugant, fresque matriarcale sur trois générations, bercées par l’eau d’une rivière. 

Coule la rivière sur trois générations

Louise, celle que Billie n’a jamais pu appeler maman en l’absence d’un papa, est décédée. Noyade. Coule la rivière. Billie n’a d’autre choix que de se rendre à V., village du Sud qu’elle a fui pour la capitale où elle évolue en tant qu’artiste. V., une seule lettre, qui comme sa forme l’indique, lui revient comme un boomerang. Les souvenirs, enfouis, ressurgissent : comment expliquer la présence d’Henri dans la chambre de Louise avant son décès, mystérieux oncle roux habitué des étés à V.  qui semble enclin aux confidences après les funérailles ? Que pouvait bien cacher Louise ?

Billie, dont le poids des fantômes étouffe la faculté créatrice, patauge avant sa prochaine exposition, et n’envisage pas de demander de trouver le soutien nécessaire à sa survie auprès de Paul, ce compagnon à temps partiel. 

V. l’attire. Ses secrets. Lila, son amie de toujours. Coule la rivière. Un journal. Celui d’Adèle, sa grand-mère. Le lire. En apnée. Encore. Tourner les pages. Découvrir. La guerre. Les monstres qu’elle engendre. Blessures. Physiques. Mentales. Mourir. Renaître. Coule la rivière. Adèle. Louise. Billie. Billie. Louise. Adèle. L’eau, celle des heures solaires, mais aussi des heures sombres, s’éclaircit.

A la découverte des Parques de V.

Lire « les heures solaires » équivaut à se retrouver plongés en plein cœur d’une épopée familiale. A remonter le temps, aux événements reliés par un fil d’Ariane. A s’interroger sur le rôle du hasard dans les relations familiales, des souffrances en héritage.

Comme l’eau de la rivière, les secrets enfouis se faufilent même dans les creux les plus infimes. Ils vous habitent et habitent vos enfants. Ils dégorgent, reviennent sous une autre forme.

Venez découvrir le destin d’Adèle, Louise et Billie, les Parques de V, au rythme d’une écriture précise, au ton juste et au style fluide.

N’hésitez plus, laissez-vous embarquer à bord de cette odyssée littéraire ! 

Caroline Caugant, Les heures solaires, Stock, 2019, 288 p., 18 EUR

Suivre:
Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!